Centre Culturel Tibétain Dzogchenpa

Bienvenue sur notre site

Conférences et cours sur le bouddhisme selon la lignée Nyingma. Nous sommes membres de l’Union Bouddhiste de France.

Décès de ChépaDorje Rinpoché

Nous avons la grande tristesse de vous informer que ChépaDorje Rinpoché a quitté son corps le 14 octobre à 0h30. Ses cendres ont été dispersées, selon son souhait, à Carqueiranne le 14 décembre.

Un article au hasard

- Le bardo naturel de cette vie - 11/19 -

Enseignement de Chépa Dorjé Rinpoché - Paris, le 31 janvier 2001

Maintenant nous allons penser à l’ensemble de tous les êtres dont le nombre est aussi vaste que vaste est l’espace. Nous allons penser que nous allons écouter ces enseignements sur le Bardo pour pouvoir libérer tous les êtres de la souffrance du samsara. En ayant l’esprit détendu, nous devons développer l’esprit d’éveil. Pour développer cet esprit de l’éveil il y a des moyens. Comme faire des offrandes aux trois joyaux et faire preuve de générosité, de don à l’ensemble de tous les êtres. Cet esprit de l’éveil est précieux, il est sublime. Il naît en nous à partir du moment où nous éprouvons de la compassion pour les êtres qui souffrent, c’est pour cela que cet esprit de l’éveil est si sublime et si précieux. Quand il est né en notre esprit, il faut véritablement le faire croître.

Nous pouvons avoir des ennemis que nous ne souhaitons pas voir. Mais en développant la pensée d’avoir de la patience à l’égard de ces ennemis et de les voir autrement permet de développer l’esprit d’éveil. En faisant ainsi ces ennemis, au lieu de nous nuire, nous aiderons. Développer la patience est bénéfique à notre esprit. Nous ne pouvons pas l’acquérir immédiatement, c’est pourquoi nous devrons la développer. En faisant ainsi, nos ennemis deviendront nos amis. Un jour nous verrons que les personnes que nous considérions comme des ennemis sont aujourd’hui nos amis. Nous allons acquérir alors une certaine égalité, une certaine équanimité en notre esprit. Grâce à cette pratique, le Dharma pourra véritablement nous apporter une aide.

Le Dharma, ses méthodes et ses antidotes, nous aide. Notre esprit est souillé par nos émotions tel que le désir-attachement, la colère, la jalousie ou encore l’orgueil. Mais par ces différentes méthodes, nous allons pouvoir nous libérer de ces émotions. L’esprit d’éveil est toujours paisible, nous ne parlons pas d’esprit d’éveil, irrité. C’est l’esprit de chacun de tous les êtres qui va s’apaiser et devenir paisible. Cela nous sera bénéfique. C’est grâce à l’attention et à la vigilance que nous allons reconnaître notre esprit, ce qu’est notre esprit. Par cette reconnaissance, grâce à la vigilance, nous allons pouvoir changer notre esprit. Lorsqu’une personne nous dit quelque chose que nous n’aimons pas, notre visage à l’instant même va devenir tout rouge. A ce moment précis, nous nous transformons. Si nous avons de la vigilance, de l’attention et si nous reconnaissons cette transformation, nous allons nous rappeler qu’il faut faire attention et qu’il faut développer de la patience. En pensant comme ceci, nous ne nous énerverons pas, nous allons même pouvoir nous apaiser. Nous pourrons transformer notre état d’esprit et grâce à la patience, la colère pourra disparaître. Tout d’abord il faut véritablement reconnaître cet état de colère. Reconnaître le moment où nous devenons rouge de colère même à propos d’une toute petite chose. Dans cet état nous allons tout à coup parler avec une voix très forte, nous allons marcher, bouger d’une manière différente, nous allons claquer la porte, nous allons prendre un objet et le jeter dans la pièce. Ces attitudes montrent bien qu’à cause de la colère, nous nous sommes complètement transformés. Il faut reconnaître cet état de transformation afin de pouvoir changer. Quand nous sommes en colère, nous n’avons pas de sagesse. Il n’y a pas véritablement d’intelligence. A cause de cela, nous perdons nos moyens et c’est parce que nous n’avons pas de moyen que nous nous mettons en colère. C’est à cause de ce manque de sagesse, d’intelligence que nous sommes bloqués, que nous ne trouvons pas d’autre direction où aller. C’est parce que nous sommes bloqués que la colère apparaît. Si à ce moment là, nous restons détendus, nous allons peut être trouver des moyens. Si nous nous mettons en colère, il n’y aura absolument aucune possibilité d’en trouver, nous nuirons à autrui et nous nuirons à nous-mêmes. Si nous pouvons rester juste cinq, six minutes avec de la patience, en étant tranquille et détendu, peut être qu’un moyen va survenir. Même si aucun moyen n’apparaît, nous ressentirons un certain bien-être. Si aucun moyen n’apparaît, nous pouvons observer la colère et y réfléchir. En exprimant de la colère, nos paroles seront fortes, parfois blessantes. La personne en face de nous ne vas pas apprécier ces paroles et en retour elle va se fâcher. A cause de cela, nous allons nous disputer puis nous ne nous parlerons plus et cela peut être pendant des jours entiers ou parfois même nous ne nous verrons plus durant toute cette vie-ci. En exprimant la colère, nous ne nous sentirons pas bien, nous souffrirons quelques heures, même quelques jours et nous pouvons aussi tomber malade. En réfléchissant ainsi, nous pouvons reconnaître que la colère n’est pas bénéfique et qu’elle ne nous aide véritablement pas.

Si nous avons de la sagesse, une certaine intelligence, nous verrons si une personne en face de nous va se mettre en colère et nous saurons qu’il vaut mieux rester tranquille. Nous allons nous dire qu’il ne faut pas que nous nous mettions en colère, car nous savons que cela ne résoudra rien. En parlant gentiment, tranquillement à la personne peut-être que sa colère cessera. Parfois, dans certaines circonstances, nous ne pourrons rien dire parce que la personne est trop en colère alors nous ne parlerons pas. Si nous ne disons rien, cette personne après un certain temps va s’apaiser. Sa colère va tomber. Et là, nous allons pouvoir lui dire quelque chose qui va l’aider, qui va procurer un certain bien-être dans son esprit. Ce sont des moyens pour créer de l’harmonie. Cela montre que dans cette situation, nous avons de la sagesse.

Garder l’esprit paisible dans ce type de situation, c’est cela l’Esprit d’Éveil et peu à peu, nous allons pouvoir l’accroître.

Comment pouvons nous le faire ?

Dans une journée nous pouvons expérimenter un certain bien-être et à un autre moment nous pouvons expérimenter du mal être. Il faut examiner son esprit, il faut avoir cette intelligence, observer quand nous nous sentons bien ou mal. Quand nous sommes bien, nous pouvons parler avec les autres sans aucun problème car nous sommes en paix. A ce moment là, nos paroles seront paisibles. A l’inverse, si nous n’allons pas bien, il nous faudra le reconnaître, ne pas parler et rester tranquille. Si nous parlons avec de la colère en nous, nous allons la transmettre et du mal-être en résultera. Des paroles paisibles ou le silence vont nous permettre véritablement de développer l’Esprit d’Éveil. Nous devons plus particulièrement faire attention aux personnes malades. Comme elles sont déjà malades, si nous nous mettons en colère, c’est d’autant plus difficile. Il faut faire très attention avec ce genre de personnes. Il faut vraiment s’entraîner et développer cette sagesse. Tout le monde possède cette sagesse et nous pouvons l’entraîner en étant patient. Toutes ces méthodes que nous venons de voir pour développer cette sagesse vont nous aider durant toute notre vie à ne plus avoir de difficulté, à développer la patience, à développer la vigilance et l’attention. Cet état de bonheur et de mal-être est relié aux souffles et à notre respiration. Nous respirons tout au long de la journée et cette respiration lorsqu’elle est correcte, lorsqu’elle est bonne va apaiser notre esprit. Elle va procurer à notre esprit de l’équilibre et du bien-être. A l’inverse si les souffles ne circulent pas bien dans notre corps, si ils sont en conflit, agités à l’intérieur de notre corps, dans nos canaux, nous aurons de la souffrance et du mal-être dans notre esprit et nous tomberons malade.

Avec l’entraînement de l’esprit, il est nécessaire d’examiner les souffles et la respiration. Il y a véritablement une relation entre la respiration et le bien-être ou le mal-être. Donc, le matin, examinez votre respiration. Observez si elle est plutôt courte ou si elle est plutôt longue. Si la respiration est longue, vous remarquerez que votre esprit est détendu. Si la respiration est courte, même très courte, l’esprit peut ne pas être détendu, vous vous sentirez un peu mal. Quand il y a de la colère, la respiration est très courte et très rapide. Examinez bien cela !

Toutes ces différences que nous observons le matin sont liées au sommeil. Si le soir vous ne vous endormez pas très facilement et que pendant la nuit vous avez des rêves agités, au réveil après examen de votre état, vous constaterez que vous ne vous sentez pas très bien, que vous êtes agité. La nuit passée dépend aussi de la veille et de la journée que vous avez passées. Si vous avez expérimenté toutes sortes de difficultés dans le travail, durant le sommeil, toutes ces difficultés vont réapparaître. Le rêve sera agité. Le lendemain matin vous ne serez pas bien, vous serez encore tout agité de la veille. Aussi, même en ayant passé une très bonne nuit, paisible, en ayant eu la veille une journée calme, il se peut qu’au réveil vous n’alliez pas bien. Cela dépend de votre karma antérieur. Cela peut être du aux vies passées. Donc de nombreux changements affectent votre vie et se manifestent au réveil.

Dans la tradition bouddhiste, il y a un moyen le matin de tenter de retrouver ce bien-être dans l’esprit. Les trulkors qui sont des exercices physiques sur l’équilibre des souffles permettent de retrouver cette paix en l’esprit. Ces exercices consistent à alterner les souffles en bouchant les narines. Nous inspirons l’air neuf d’abord, puis bouchons la narine droite et nous expirerons l’air vicié de la gauche, puis nous faisons de même de l’autre côté. Il s’agit de l’exercice de l’expulsion des souffles résiduels. Par cet exercice nous pouvons véritablement retrouver la paix et le bien-être en notre esprit. Cet exercice ne prend que cinq minutes, dix minutes tout au plus et ensuite nous sommes détendus. Nous pouvons véritablement trouver du bien-être grâce à cet exercice. C’est vraiment bien, n’est-ce pas ?

Dans la tradition bouddhiste, nous parlons de canaux, de souffles et de tiglés. Parfois certains enseignements vont les différencier, d’autres vont les réunir. Il est préférable de garder les trois ensemble, de parler des trois réunis car il y a un lien véritable entre les canaux, les souffles et les tiglés. La racine des canaux à l’intérieur de notre corps se trouve au niveau du chakra du nombril. Nous avons cinq chakras. Nous avons soixante quatre canaux dans le chakra du nombril. Dans le chakra du sommet de la tête, il y en a trente deux. Le chakra de la gorge comprend seize canaux ou seize rayons, en fait nous pouvons dire canaux ou rayons. Le chakra du cœur a huit canaux. Ces rayons du chakra du nombril sont dirigés vers le haut, ceux du sommet de la tête vers le bas. Ceux de la gorge vont vers le bas et ceux du cœur vers le haut. Et, il y a 360 rayons dans le chakra de l’endroit secret.

Pour ce qui concerne les canaux principaux, on distingue trois canaux ou quatre canaux. Les trois canaux Roma, Changma et Ouma et dans le cas des quatre canaux, le canal Katishel en plus des trois autres. Le canal Roma fait référence à la quintessence de l’élément eau. Comme nous en avons parlé précédemment, chaque fois qu’il y a un élément il y a aussi la quintessence de l’élément en question. Le canal Changma fait référence à la quintessence de l’élément terre. Le canal Kundarma fait référence à la quintessence du vent et le canal Eloka fait référence à la quintessence de l’élément feu. Dans le canal Roma, il y a un tiglé. Chez l’homme, le canal Roma va se trouver à droite, chez la femme il est à gauche. Ces quatre canaux prennent racine au niveau du chakra du nombril, ils montent tout droit comme une flèche le long du corps. Ces différents canaux montent jusqu’au sommet de notre tête, ensuite ils redescendent jusqu’à notre endroit secret. Chez l’homme le canal Roma à droite va redescendre jusqu’au sexe et le tiglé masculin, c’est-à-dire le sperme va tomber. Chez la femme, le canal Roma qui se trouve à gauche va redescendre jusqu’à la partie génitale de la femme et son tiglé, c’est-à-dire l’ovule, va tomber.

Le canal Changma monte jusqu’au sommet de la tête puis descend vers l’endroit secret où il va s’arrêter un peu avant et remonter jusqu’au niveau de notre cœur. Puis ce canal va continuer à monter jusqu’au niveau de la gorge, puis au niveau du cerveau où il se sépare en deux canaux qui aboutissent aux deux yeux. Dans ces deux canaux, il ne se trouve ni sang ni tiglé car ce sont les Canaux de la Sagesse. C’est pourquoi dans la pratique, nous allons garder les yeux ouverts afin que la sagesse puisse émerger. Quant au canal Kundarma, il va monter tout droit jusqu’au cerveau sans redescendre. De là, il va se diviser en trois canaux. Un canal va aller jusqu’au sommet de la tête, les deux autres vont jusqu’à nos deux oreilles.

Nous avons vu qu’il y a toutes sortes d’autres canaux à l’intérieur du corps. Ces quatre canaux sont appelés Canaux des Souffles car ils n’ont pas de matérialité. Dans la tradition bouddhiste, au moment de la mort, nous pratiquons le Powa, le Transfert de Conscience. Durant cette pratique, nous nous entraînons spécifiquement sur ces canaux. Nous parlerons de cette pratique de Powa quand nous parlerons du Bardo du moment de la mort.

Voici pour aujourd’hui, maintenant, nous allons méditer un peu.

Enseignements les plus récents


D'autres articles au hasard


Conférence

Se connaître soi-même

Une conférence de Chépa Dorjé Rinpoché à Runchy (près du Creusot)


Enseignement

Le transfert de conscience (Powa)

Chépa Dorjé Rinpoché - Paris, le 2 juillet 2001


Enseignement

le bardo de la méditation

Chepa Dorjé Rinpoché, Paris le 7 juin 2001


Enseignement

Le bardo de la réalité absolue 3/8

Chépa Dorjé Rinpoché, Paris le 13 septembre 2009


Conférence

La prise de refuge comme remède à la souffrance

Chépa Dorjé Rinpoché à Hyères


Enseignement

L’attitude juste pour écouter le Dharma

Chépa Dorjé Rinpoché - Paris, le 13 décembre 2001.


Enseignement

Le bardo du devenir 4

Paris, le 11 octobre 2001.


Conseils du coeur à la sangha

Enseignements de Chépa Dorjé Rinpoché - Paris, le 3 septembre 2003.


Une conférence de Chépa Dorjé Rinpoché à Paris

Le bonheur existe-t-il ?



Glossaire


L’ensemble des textes et articles publiés sur ce site relève des législations françaises et internationales sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents iconographiques et photographiques. La reproduction de tout ou partie de ce site, sous quelque forme que ce soit, est formellement interdite sans autorisation préalable et écrite. Si vous souhaitez reproduire un ou plusieurs articles, nous vous remercions de nous contacter. L’utilisation dans un but non autorisé est expressément interdite par la loi et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires.

Accueil | Contact | Plan | Espace privé | Statistiques | Mentions | visites : 1094434

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

-->